Actu/Presse

Orbs : quand des scientifiques s’y intéressent de près…

 

Des scientifiques s’intéressent aux orbes et considèrent qu’ils sont un véritable phénomène paranormal.
Comme le professeur Heinemann résume : "La recherche sur les orbes n’en est qu’à ses balbutiements. Mais les photographies de ces émanations d’esprits nous offrent des preuves aussi proches de preuves scientifiques -comme jamais nous n’en avons trouvé auparavant- de l’existence d’une réalité spirituelle."
" Nous voyons régulièrement des orbes près des mains ou des visages des guérisseurs. Peut-être qu’ils aident dans le processus de guérison spirituelle".
 
- La première Conférence mondiale sur "les orbes" a eu lieu à Sedona, en Arizona, où les scientifiques de plusieurs controverses ont déclaré qu’ils croyaient que les orbes étaient en effet un véritable phénomène paranormal.
Leurs conclusions, si elles sont correctes, pourrait avoir des conséquences énormes sur la façon dont nous percevons l’univers et de notre implication dans celui-ci.
Les experts disent que ce n’est pas parce que quelque chose n’a pas encore été scientifiquement prouvé, que cela ne signifie pas qu’il n’est pas réel.
Ledwith est encore incertain sur ce que ces orbes pourraient en fait être, mais il n’a aucun doute sur le fait qu’ils sont une sorte d’apparition paranormale.
"Je pense qu’ils pourraient être beaucoup de choses. Ils peuvent se révéler être les esprits de ceux qui ont passé de l’autre côté, ou, comme certains maîtres spirituels, ils pourraient être des esprits qui attendent de naître dans un corps physique" dit Ledwith.

O1                               02

 

 

   *******

 

  • Voici un article paru en 2011 dans le magazine CONFIDENCES concernant les âmes errantes.

Les âmes errantes des morts

A chaque catastrophe entraînant de nombreuses victimes, des histoires d’âmes errantes refont étrangement surface. Comme au Japon après le séisme et l’accident nucléaire de Fukushima où la région serait, d’après de nombreux témoins, hantée par les défunts. Rumeurs ? Affabulations ? Hallucinations ? Ou réalité ?

Décryptage avec la journaliste et médium, Patricia Darré.

Capture2

« Et les esprits des morts, que vont-ils devenir ? » Un an après la catastrophe de Fukushima, nombreuses sont les victimes dont le corps n’a été ni réclamé, ni retrouvé. Dans toute la région du Tohoku, les habitants s’inquiètent. Selon leurs croyances bouddhiques, les morts ne peuvent trouver le repos si des rites appropriés n'ont pas été respectés. Dans toute la zone sinistrée du nord-est japonais, les esprits errants des défunts, en quête de sépulture, hanteraient encore les lieux où ils périrent.
Au pays du soleil levant, beaucoup d’histoires de revenants alimentent actuellement les conversations. Certains disent avoir senti une « présence ». D’autres racontent avoir vu des entités, parfois même les avoir entendues parler.
Chaque fois qu’une terrible catastrophe survient quelque part, des histoires d’âmes errantes refont étrangement surface. Comme après le tsunami de décembre 2004 en Thaïlande et au Sri Lanka. Alors : rumeurs ? Affabulations ? Hallucinations ? Ou réalité ?
Dans un livre qui l’a rendue célèbre (Un Souffle vers l’éternité, Michel Lafon), Patricia Darré, journaliste à France Bleue Berry, affirme être capable de communiquer avec les esprits. Pour l’Inrees, elle décrypte ces phénomènes et tente de nous éclairer sur ces témoignages.

Selon vous, que faut-il entendre par « âme errante » ?
Ce sont des âmes perdues, angoissées. Des défunts restés bloqués dans le monde des vivants. A cela, il y a plusieurs raisons : cela peut être soit parce qu’ils n’ont pas encore réglé un problème dans notre monde ; soit parce qu’ils sont trop attachés à la matière, ne croient pas en l’au-delà, et par conséquent, ne savent ni où ils sont, ni comment sortir de cet entre-deux ; soit parce qu’ils ne comprennent pas qu’ils sont morts ni ce qui s’est passé. C’est le cas des personnes décédées avec beaucoup de violence et de brutalité : dans un attentat, une catastrophe naturelle, un accident... Comme les milliers de victimes de Fukushima, du tsunami de 2004 mais aussi celles du 11 septembre 2001. Quand je me suis un jour rendue à Ground Zero, il y avait tellement d’âmes errantes qui venaient me voir pour comprendre ce qui leur était arrivé que je ne savais plus où donner de la tête. A tel point que j’ai dû fuir !
Selon les croyances japonaises, ces esprits errent dans l’attente d’une sépulture. Pourquoi cela semble-t-il si important pour les défunts ?
Pour moi, la sépulture n’est pas la véritable raison de cette errance. Mais il est vrai que si le défunt vient d’une civilisation où la culture d’une sépulture est importante, comme c’est le cas au Japon, cela va le tourmenter, et l’obséder. Je me souviens être entrée en contact avec un guerrier celte dont le squelette fut découvert dans un aqueduc. Il me demandait une sépulture car pour lui, ce rituel était indispensable pour pouvoir sereinement rejoindre la lumière.

Que faudrait-il faire pour libérer ces âmes errantes ?
Elles ont besoin d’être guidées par ceux qu’on appelle des médiums, des intermédiaires ou des passeurs d’âmes, qui vont les aider à comprendre ce qui leur est arrivé, et à passer de l’autre côté. Certains esprits peuvent attendre de l’aide et continuer d’errer durant des siècles... Ils sont comme des badauds perdus qui, en pleine nuit, demandent leur route. Chaque fois qu’on leur indique le chemin à suivre, leur soulagement est immédiat.
 
 
********
 
  • Petit reportage sur la possible réincarnation, très bien fait

********

                                                                                                                                               

  • Le cercle zodiacal de l’horloge astronomique de Prague en République Tchèque

Sur l'horloge, on peut lire :
L'heure locale, désignée par la main dorée sur les chiffres romains, l'heure en douzièmes de jour, désignée par la position du Soleil sur les courbes dorées, l'heure en anciennes heures tchèques, désignée par la main dorée sur les chiffres gothiques, la position du Soleil dans le ciel, la position de la Lune dans le ciel, la phase lunaire, le signe astrologique zodiacal dans lequel on est (ainsi que le décan) et le temps sidéral, indiqué par la petite étoile dorée.
Sur la droite de l’horloge la statue symbolisant la Mort, sur sa gauche l'Avarice dont la représentation s'inspire du stéréotype médiéval de l'usurier juif.
 
 
******
 
 
  • Un scientifique Russe photographie l'âme se détachant du corps

20

Pour ceux qui s’intéressent à la vie après la mort, ou à une existence spirituelle après la mort, voiçi une information qui va très certainement vous intéresser.

En effet, le moment de désincarnation astrale où l’esprit quitte le corps aurait été capturé par le scientifique russe Konstantin Korotkov, qui a photographié une personne au moment de sa mort avec une caméra bioelectrographique.

L’image prise en utilisant la méthode Gaz Discharge Vizualisation ou GDV, une technique avancée de photographie Kirlian montre  la force de vie de la personne qui quitte le corps progressivement.

 

 

 

 

******

 

 

 

 

  • Méditation : un neuroscientifique explique comment elle modifie votre cerveau

 

 

26

Si vous avez besoin de plus de motivation pour vous consacrer à cette pratique transformative, des recherches en neuroscience ont démontré que la méditation et l’entraînement à la pleine conscience peuvent entraîner des modifications neuroplastiques dans la matière grise de votre cerveau. Un groupe de neuroscientifiques à Harvard se sont intéressés à la méditation axée sur la pleine conscience et ils ont indiqué que les structures du cerveau changeaient après seulement huit semaines de pratique régulière de méditation.

Le docteur généraliste Sara Lazar, auteur principal de cette étude a indiqué dans un communiqué de presse :

« Bien que l’on associe la pratique de la méditation à un sentiment de sérénité et de relaxation physique, les pratiquants ont longtemps prétendu que la méditation offrait également des avantages sur le plan psychologique et cognitif qui durent tout au long de la journée. »

Afin de tester cette idée, les neuroscientifiques ont mis 16 personnes à l’épreuve dans une thérapie basée sur la conscience pour réduire le stress. La promesse du cours était d’améliorer l’attention et le bien-être des participants en réduisant leur niveau de stress. Tout le monde avait reçu des enregistrements sonores contenant 45 minutes d’exercices guidés sur la façon d’intégrer la méditation grâce à la visualisation du corps, au yoga et à la méditation assise.

Ils ont été invités à intégrer ces pratiques dans leur vie quotidienne.

Et pour faciliter l’intégration au quotidien des programmes comme la méditation de l’attention, ils ont également appris à pratiquer informellement la méditation axée sur la pleine conscience dans des activités quotidiennes comme la cuisine, la marche, la vaisselle, la douche et ainsi de suite. En moyenne, les participants du groupe de méditation ont passé 27 minutes par jour à pratiquer une certaine forme de pleine conscience.

Les examens d’imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau de chaque participant ont été effectués avant et après le stage de méditation ainsi que sur un autre groupe de personnes qui n’ont pas eu d’entrainement à la pleine conscience. A l’issue de la formation des programmes de méditation, les participants ont eu une amélioration significative ancrée dans l’attention telle que « l’action en conscience» et «la capacité à ne pas juger »

C’était surprenant car l’IRM a révélé que le groupe qui avait fait la thérapie basée sur la pleine conscience avait une augmentation de concentration de matière grise dans l’hippocampe gauche, le cortex cingulaire antérieur, l’articulation temporo-mandibulaire et le cervelet. Les régions du cerveau étaient impliquées dans l’apprentissage, la mémoire, la régulation des émotions, la conscience de soi et la perception des autres!

Britta Hölzel, l’auteur principal de l’étude déclare :

« Il est fascinant de voir la plasticité du cerveau et qu’en pratiquant la méditation nous pouvons jouer un rôle actif dans la modification du cerveau en augmentant potentiellement notre bien-être et notre qualité de vie. »

Sarah Lazar a également noté que : «Cette étude prouve que les changements dans la structure du cerveau peuvent expliquer une partie de ces améliorations évaluées et que ce n’est pas simplement en se détendant que l’on se sent forcément mieux. »

 

******

 

  • Pour ceux qui s'intéressent aux chakras voiçi un très bel article: Si le lien ne fonctionne pas faites un copier/coller

http://www.arcturius.org/chroniques/systeme-chakras-explique-omraam/

                                                                                                                                                  ******

 

 

 

 

×